« Au delà des cultures et des situations, il existe une vraie solidarité entre les femmes.»

Simone Veil - Conférence du Caire 1994
Conseil général des Hauts-de-Seine

Formulaire de recherche

Conseils

Gérer les caprices d’un enfant
Publié le 02 avril 2019

Gérer les caprices d’un enfant

Il suffit parfois de pas grand-chose pour désamorcer les caprices d’un enfant. Quelques conseils avérés pour y voir clair !

 

L’apprentissage du « non » chez le tout petit est la porte d’entrée à une période délicate pendant laquelle il peut commencer à vous en faire voir de toutes les couleurs… cauchemars, caprices, colères… quelle maman n’a pas connu ces étapes ?

Tout au long de sa croissance, il a besoin d’affirmer sa présence, ses idées ; ces années, même si elles restent usuelles,  n’en sont pas pour autant usantes ! Sans cependant espérer y échapper totalement, vous pouvez faire en sorte de les limiter par une réponse adéquate aux situations qui les génèrent.

Lorsque votre enfant semble éprouver un malin plaisir à déclencher un drame pour une broutille, il cherche simplement à attirer l’attention sur lui. C’est la raison pour laquelle ses crises surviennent souvent au moment d’une séparation lorsque vous n’avez pas beaucoup de temps pour lui, par exemple le matin au moment de partir à l’école, le soir lorsque vous jonglez entre la préparation du dîner, les bains et les devoirs à surveiller… Il a besoin d’être écouté et rassuré sur la place que vous lui accordez, c’est souvent un moyen de combler son gros besoin d’affection. En retour, au lieu de le gronder pour sa énième crise, écoutez-le avec attention et essayez de lui apporter une réponse claire, un enfant a toujours besoin de comprendre.

Il est positif également d’accorder de l’attention à sa préoccupation et de le faire participer à la résolution de son problème. Il verra alors que vous le prenez en considération et que vous l’aimez de manière inconditionnelle, même si c’est une évidence pour vous, l’enfant a besoin de le réentendre toujours ! Demandez-lui posément si l’objet de sa colère est « un petit, un moyen ou un gros problème » ? En l’incluant dans la réponse, l’effet est souvent magique. Le petit problème va se résoudre tout de suite, il comprendra que le moyen nécessite un peu de temps, un petit délai de réponse et le gros davantage.

Certains enfants sont particulièrement colériques, donc faites attention à bien désamorcer les crises pour éviter qu’elles s’enchainent à répétition et risquer de lui coller une mauvaise étiquette d’enfant difficile, en cachant ainsi tout ce qu’il y a de beau en lui !

Voir plus d'articles
Sarah : Ma mère s’est avérée un soutien sans faille
Publié le 24 mai 2021

Sarah : Ma mère s’est avérée un soutien sans faille

Sarah est avocate, elle a 39 ans. Elle a rencontré son mari alors qu’ils avaient 17 ans. En un quart d’heure, il a balayé leurs vingt années de vie commune et laissé Sarah sidérée. Mais pas question de s’effondrer. Pour elle. Pour ses enfants.

Récit d’une combattante.

Femmes monoparentales s'agrandit !
Publié le 15 avril 2021

Femmes monoparentales s'agrandit !

Participez à l'enquête
Publié le 07 avril 2021

Participez à l'enquête "Sourire de femmes"

En mars 2021, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’Institut des Hauts-de-Seine a lancé l'enquête interdépartementale « Sourire de Femmes » en partenariat avec les Départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines, la Région Ile-de-France, la RATP, l’ADAVIP 92 (Association Départementale d’Aide aux Victimes d’Infractions Pénales des Hauts-de-Seine) et Hauts-de-Seine Habitat.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs