« Au delà des cultures et des situations, il existe une vraie solidarité entre les femmes.»

Simone Veil - Conférence du Caire 1994
Conseil général des Hauts-de-Seine

Formulaire de recherche

Mes enfants et moi

Sommeil et enfants, comment faire pour que ça se passe mieux ?
Publié le 15 septembre 2022

Sommeil et enfants, comment faire pour que ça se passe mieux ?

L'une des plus grosses difficultés quand on a des enfants, c'est bien souvent de gérer leur sommeil. Problèmes d'endormissement, de réveils nocturnes, de siestes trop courtes ou encore de réveils aux aurores... Beaucoup de mamans sont prêtes à payer cher pour en finir avec les nuits cauchemardesques.

 

Pour vous donner quelques pistes d'amélioration, nous avons consulté plusieurs coachs en sommeil. Oui, car depuis quelques années, les coachs en sommeil ont fleuri dans l'Hexagone et ce n'est pas pour rien. L'éducation positive étant en plein boom, les parents privilégient, souvent, le bien-être de leur enfant avant le leur, c'est-à-dire qu'ils ne font pas comme nos parents en laissant pleurer un bébé pour qu'ils s'endorment. Ils cherchent des solutions saines pour améliorer le quotidien de tous. Les consultations chez les coachs en sommeil sont donc à la mode.

 

Bannir l'endormissement accompagné

Les problèmes d'endormissement mènent certaines mamans à piquer un somme au pied du lit de leur enfant pour qu'il trouve le sommeil ou encore à le bercer pour qu'il rejoigne les bras de Morphée.

Vanessa Martins, coach spécialiste du sommeil des bébés et des enfants de 0 à 6 ans, explique que cela s'appelle "l'endormissement accompagné". "Il consiste à donner des bercements, biberons/tétées pour endormir le bébé. C'est-à-dire donner une présence des parents à l'enfant pendant l'endormissement mais aussi pendant les réveils nocturnes à répétition." Elle prévient que "le bébé/l'enfant pense alors qu'il ne sait pas faire autrement pour s'endormir qu'en étant accompagné. Cela crée donc des associations inadaptées au sommeil". Pas facile de s'en sortir.

 

Ne pas laisser pleurer bébé

Parfois quand les couchers deviennent une corvée, beaucoup de maman, à bout, se demandent s'il ne faut pas passer par la case pleurs pour sortir de cette spirale infernale. "Absolument pas", explique Vanessa. "Vous pouvez toujours le faire, et cela fonctionnera mais ce n'est pas une méthode bienveillante et rassurante pour les enfants. Quand je travaille avec les parents, je mets en place des méthodes qui sont en cohérence avec les principes éducatifs des parents, et toujours dans l'accompagnement et l'écoute des enfants (et des parents)".

Julie Daguenet, consultant en sommeil, tient le même discours. "Un bébé qui pleure et dont les pleurs s’escaladent est un bébé qui stresse physiquement et émotionnellement et dont la production de cortisol (hormone du stress) va être sécrétée en quantité importante. Il sera très difficile pour un bébé qui pleure intensément de s’apaiser et de s’endormir dans de bonnes conditions." Elle ajoute : "Les parents doivent également garder leur sens critique, les pleurs sont le seul moyen d’expression pour les bébés, les pleurs sont des indicateurs pour prévenir et entrer en interaction avec le parent". Pour Alice Piganeau, Spécialiste sommeil, conflits entre enfants, relations parents/enfants et langage naturel des bébés, laisser pleurer l'enfant est "une méthode noire" qui a comme principe du "dressage au sommeil".

 

Consulter une coach en sommeil

Si vous pensez consulter une coach en sommeil pour régler les problèmes de votre petit, c'est que vous êtes déterminée à lui procurer sécurité et sommeil réparateur. C'est une bonne chose.

Julie Daguenet explique : "80 % des problématiques de sommeil de l’enfant entre 0 et 5 ans sont dues à des causes physiologiques et environnementales qui peuvent être ajustées. Les 20 % restantes des problématiques sont d’ordre pathologique et donc du ressort d’un professionnel de santé : pédiatre et/ou médecin. La mission et le travail des consultant(e)s en sommeil est d’ajuster un panel de paramètres pour permettre à l’enfant de mieux dormir et en quantité suffisante." Elle poursuit en indiquant qu'il faut qu'il y ait un "rythme de jour et de nuit adapté : découpage de la journée (siestes et temps d’éveils); un environnement affectif et émotionnel répondant aux besoins de l’enfant : le sommeil demeure un temps de séparation. Pour se séparer au cours de la nuit, un enfant doit en premier lieu s’attacher et remplir ses réservoirs émotionnels et sécuritaires. Les facteurs environnementaux : la chambre de l’enfant et les conditions dans lesquelles il dort sont importantes à considérer".

 

Régler les réveils trop tôt

Une fois le problème d'endormissement passé, vous pouvez vous attaquer aux réveils trop matinaux, vers 5h30. Comment faire pour que bébé ne se réveille pas aux aurores ? Alice Pignaneau explique "plusieurs facteurs peuvent expliquer ce réveil dit nocturne. Premièrement, il se peut parfois que l'enfant se soit couché trop tôt et que son quota de sommeil soit atteint, dans ce cas, il faudra revoir l'horaire du coucher ou peut-être supprimer une sieste s'il y en a toujours plusieurs par exemple". Elle ajoute : "selon la saison cela peut être dû à la luminosité au moment du lever du soleil, il faudra alors prévoir d'empêcher la lumière du jour d'entrer dans la pièce". Pour notre spécialiste, il faut aussi veiller à ce que ses journées soient bien remplies.

Pour les parents qui cherchent des solutions matérielles et concrètes, cette maman de deux enfants donne une petite astuce. "Il existe des réveils pour enfant qui affichent une lune ou un soleil ou encore un visage endormi ou un visage éveillé : cela peut être utile pour leur dire que si le réveil indique la lune par exemple c'est que ce n'est pas encore le moment de se lever et qu'il peut se rendormir. Cela ne marche pas toujours ni pour tous les enfants mais cela peut aider, notamment pour les plus grands à partir de 4 ans environ, souvent plus autonomes pour réussir à se rendormir".

 

N'hésitez pas si vous voulez consulter à solliciter ces spécialistes du sujet ! Vous aurez, peut-être, de bonnes surprises.

 

  • Vanessa Martins, Coach spécialiste du sommeil des bébés et des enfants de 0 à 6 ans, 07 77 84 62 39, vanessa@lesdoucesnuits.com, www.lesdoucesnuits.com,
  • Julie Daguenet, Consultante en Sommeil, 06 51 22 12 40, contact@lesbrasdemorphee.fr, www.lesbrasdemorphee.fr
  • Alice Piganeau, Coach en éducation positive, 06.67.23.98.13enfancespositives@gmail.com , www.enfancespositives.fr 

 

Un article de Magali Vogel

Voir plus d'articles
Les dangers de l’hyperparentalité
Publié le 30 janvier 2023

Les dangers de l’hyperparentalité

Vous prenez l’éducation de votre enfant très à cœur, même un peu trop. Cette dérive que l’on appelle l’hyperparentalité peut nuire à votre petit et à vous aussi.

Comment gérer la frustration de nos enfants ? Éclairage d'un psychologue
Publié le 28 décembre 2022

Comment gérer la frustration de nos enfants ? Éclairage d'un psychologue

Comment répondre à la frustration de son enfant ? Comment ne pas perdre son sang-froid face à une crise de votre bambin ? Voici quelques astuces.

Comment annoncer en douceur que le Père Noel n'existe pas
Publié le 14 décembre 2022

Comment annoncer en douceur que le Père Noel n'existe pas

Vous y êtes ! C’est le moment de la fameuse discussion sur le Père Noël. Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer. Il vous faut simplement suivre quelques petites astuces.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs