« Au delà des cultures et des situations, il existe une vraie solidarité entre les femmes.»

Simone Veil - Conférence du Caire 1994
Conseil général des Hauts-de-Seine

Formulaire de recherche

Témoignages

Anne :
Publié le 08 janvier 2019

Anne : "L'aspect matériel et l'organisation ont pris immédiatement le devant"

Une fin de semaine de travail, les enfants chez leur père, Anne alors détendue me reçoit autour d'un verre pour partager son expérience de jeune maman qui retrouve sa force et son épanouissement grâce à ses enfants !

Anne, vous affichez un sourire et une joie presque contagieuse, pourtant il y a 6 ans vous viviez un gros traumatisme puisque le père de vos enfants vous quittait. Vous vous retrouvez alors seule, vos enfants ont quelques mois et 2 ans, passé l'état de choc quelle a été votre première réaction ?

Comment vais-je faire pour organiser ma vie courante ? Comment faire pour que les enfants ne soient pas trop cassés par cette décision ? L'aspect matériel et l'organisation ont pris immédiatement le devant.

 

Qu'avez-vous mis en place rapidement pour la vie courante ?
Ma priorité a été de trouver un appartement, une nounou. Puis j'ai changé mon organisation en augmentant mon temps de travail tout en gardant mon mercredi pour être avec mes enfants. Une question me préoccupait beaucoup : comment j'allais réussir à rester gaie pour les enfants, et leur donner l'image de la protection d'une famille monoparentale dont ils ont besoin en étant seule.

 

Aujourd'hui 6 ans après on ne peut pas imaginer que vous ayez vécu un tel choc ! Vous semblez rayonnante et sereine !
C'est vrai ? Oui, parce que la vie reprend le dessus, les enfants vous aident, vous guident et ils ont une telle énergie et joie de vivre que c'est communicatif.

 

Qu'est-ce qui vous a permis de vous relever ?
Mes enfants m'ont beaucoup aidée, ils sont moteurs, on n'a pas la possibilité de se laisser abattre avec des enfants !

 

Même si petits comme étaient les vôtres ?
Oui même tous petits, ils sont plein de vie, d'énergie, d'envies et nous pousse à suivre leur rythme donc à avancer.
Dans un 2nd temps, la foi m'a beaucoup soutenue, pas au début car j'étais incapable de rentrer dans une église mais petit à petit c'est revenu.
Ma mère a été un soutien indéfectible, elle m'a énormément aidée.
Je lui suis extrêmement redevable, le divorce ne faisait pas partie de ses principes. Elle m'a soutenue tant moralement que matériellement. Elle a été mon pilier, toujours présente et là pour m'écouter déblatérer des heures au téléphone ! Jamais elle n'a pas posé de questions ni jugé.

 

Avez-vous maintenue ou retrouvé une relation avec lui ?
Le minimum syndical, la Suisse, soit la neutralité ! Aujourd'hui les relations sont factuelles, alors que c'est lui qui a pris la décision, paradoxalement, c'est lui qui garde de la rancœur.

 

Vous êtes amenés à vous croiser parfois ?
Je le vois assez peu, c'est une vraie rupture de son fait, il refuse les moments en famille... Aucun moment partagé à 4 ce qui me semblerait pourtant nécessaire pour des enfants, si le couple conjugal n'est plus, le couple parental subsiste.

 

Vous  semblez sereine, combien a-t-il fallu de temps pour atteindre cette sérénité ?
Il m'a fallu 3 ans pour me reconstruire, mettre les choses à plat, accepter la solitude. Je suis passée par une phase après le divorce où je sortais tout le temps, telle une étudiante. Une des difficultés a été que je n'ai pas choisi cette situation, je subissais alors que d'habitude j'aime choisir et décider ! Aujourd'hui je me sais capable de me laisser couler au bord de la piscine mais j'aurai toujours le ressort pour donner un énorme coup de pieds pour remonter !

 

Que diriez-vous  à une amie qui se retrouve dans la situation dans laquelle vous avez été ? *
Savoir accepter de faire le deuil, à la limite sombrer et peut être désespérer car la vie reprendra le dessus forcément. Il faut  savoir accepter les étapes !
Puis trouver en soi-même les ressources pour se bouger, aller vers les autres et faire le 1er pas.
Et veiller à montrer une image positive de soi pour attirer les gens car c'est très important de ne pas s'isoler, on n'est pas fait pour vivre seul.

 

Quelles sont vos sources de joies aujourd'hui ? 
Mes enfants qui vont bien et sont heureux, mes amis, les moments partagés ...

 

Découvrir Anne en 15 réponses !

1. Le principal trait de mon caractère. Persévérance
2. La qualité que je préfère chez un homme. Humour
3. La qualité que je préfère chez une femme. Honnêteté
4. L'image que j'aimerais refléter. Douceur
5. Votre mot préféré. Amitié / loyauté
6. Le mot que vous détestez. Hypocrisie
7. Votre passe-temps favori. Cuisiner
8. Le métier que vous n'auriez pas aimé faire. Marketing
9. La plante, l'arbre ou l'animal dans lequel vous aimeriez être réincarné. Chat
10. Mon rêve de bonheur. Une famille nombreuse
11. Une personne qui m'a marquée. de Gaulle
12. Ce que qui vous révolte. L'injustice
13. Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence. La gourmandise
14. Ma devise. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort / La peur n'évite pas le danger
15. Si Dieu existe, qu'aimeriez-vous, après votre mort, l'entendre vous dire ? Il existe !! Que malgré la dureté de la vie et les tentations j'ai réussi  a tenir le cap et avoir une vie conforme à ses attentes.

Voir plus d'articles
Instruction des jeunes filles et des femmes à travers le monde, où en sommes-nous ?
Publié le 15 septembre 2021

Instruction des jeunes filles et des femmes à travers le monde, où en sommes-nous ?

Le 15 septembre 2021 se tiendra la journée mondiale de l’instruction. L’occasion de faire le point sur l’accès à l’éducation des jeunes filles sur notre planète.

 

Béatrice :
Publié le 13 août 2021

Béatrice : "J'ai été très accompagnée dans ce cheminement"

Dans son atelier de tapissier, débordant de vieux meubles et de liasses de tissus d'ameublement, Béatrice, la cinquantaine épanouie, m'ouvre ses portes à Courbevoie.

Muriel :
Publié le 20 juillet 2021

Muriel : "J'ai apprivoisé ma solitude"

Muriel a 50 ans et travaille dans l’industrie pharmaceutique. Son mari l’a quittée, il y a 17 ans, un mois avant qu’elle ne donne naissance à leur troisième enfant. Malgré la violence de ce départ auquel elle ne s’attendait pas, elle a tracé sa route, la tête haute.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs