« Au delà des cultures et des situations, il existe une vraie solidarité entre les femmes.»

Simone Veil - Conférence du Caire 1994
Conseil général des Hauts-de-Seine

Formulaire de recherche

Témoignages

Vanessa :
Publié le 03 janvier 2019

Vanessa : "Ma force est d'être une personne résolument joyeuse et positive"

Dans l'atmosphère familiale de sa maison de Courbevoie, je rencontre Vanessa, la quarantaine épanouie, qui malgré sa souffrance due à une séparation, incarne parfaitement sa devise : croire en la vie. Bel adage que chacune gagnerait à s'approprier pour se reconstruire après la séparation !

Vanessa, au bout de 17 ans de mariage, vous êtes partie avec vos 4 tout jeunes enfants sous le bras, malgré cela vous dite avoir retrouvé la paix très vite, comment l'expliquez-vous ?

Je suis restée mariée longtemps mais je n'ai jamais été très heureuse dans ma vie de couple. La dernière année a été particulièrement éprouvante, donc j'ai vécu la séparation comme un vrai soulagement, une opportunité de me retrouver moi-même, mes proches disent qu'ils m'ont découvert comme une autre femme.

 

Vous étiez sans emploi avec de tout jeunes enfants de 15, 12, 8 et 4 ans totalement à charge, les premiers mois ont dû être particulièrement difficiles, qu'avez-vous mis en place pour vivre tous les 5 ?

L'urgence a été de gérer le problème financier car il avait coupé les vivres et je ne travaillais pas. J'ai mis en place une action en justice très rapide pour récupérer une pension alimentaire. Puis ensuite j'ai essayé de réduire au maximum les dépenses courantes, en sollicitant notamment les écoles. J'ai démarré un bilan de compétences et eu la chance de trouver très vite un travail tout près de chez moi d'assistante dans un cabinet de conseil.

 

Avoir de quoi vivre est une étape primordiale, mais ensuite il faut retrouver un équilibre voire une joie de vivre, pour soi comme pour ses enfants. Aujourd'hui vous semblez y être parvenu, qu'est-ce qui vous a aidé ?

Les enfants sont souvent un moteur pour avancer, ils ne nous laissent pas la possibilité de sombrer. Il y a aussi l'entourage, les amis, la famille, le médecin de famille... tout un ensemble de personnes sur lesquelles il faut vraiment accepter de se reposer.

L'important aussi est de réorganiser une vie avec le travail, à la fois pour l'épanouissement personnel mais aussi pour le rythme qu'il impose. J'ai pu aussi ne pas bousculer plus que cela la vie de mes enfants en restant dans la même maison, les mêmes écoles.

J'ai aussi été aidée par des lectures sur les manipulateurs narcissiques et le profil de leurs victimes, comprenant que cela correspondait à la personnalité de mon ex-mari et à la mienne. J'y ai trouvé les raisons de l'échec de mon mariage malgré mes efforts pour le sauver, cela m'a permis de déculpabiliser. Et puis à la séparation, s'est rajouté l'abandon de famille puis son comportement, j'ai été confortée dans l'idée que je n'avais plus aucun sentiment pour lui, juste de la colère pour ce qu'il fait subir à mes enfants.

 

Faire confiance en la vie, telle est votre devise qui vous a permis de retrouver équilibre puis joie de vivre. Nous serions volontiers toutes d'accord avec cette façon de voir la vie, mais concrètement, au plus profond de la souffrance, comment le mettez-vous en pratique ?

Dans un gros moment de creux où je n'étais vraiment pas bien, environ un an 1/2 après ma séparation, je suis tombée sur le livre "Power Patate" de Florence Servan Schreiber, cette lecture m'a ouvert tout l'univers de la psychologie positive et de nombreuses autres lectures ont suivi, m'aidant à faire un véritable travail sur moi-même. Ce que j'en ai retenu essentiellement, c'est qu'il faut vivre au présent, se faire confiance, se donner des objectifs clairs et sincères, avancer un pas après l'autre doucement et surtout faire confiance à la vie.

J'ai une autre devise qui m'a été conseillée et que je donnerais volontiers en retour à toutes celles qui me liront : Prendre soin de soi ! C'est hyper important, on pense souvent que la priorité ce sont les enfants, ce qui nous conduit à donner trop pour eux. En fait, la priorité c'est nous, il faut se faire passer en premier. Même si cela peut paraître contre nature pour certaines, il faut le faire pour se ménager et économiser nos forces ; si on est bien, alors nos enfants seront bien ! 

 

Cette souffrance est derrière vous, la page est tournée ?

Juridiquement non car le divorce n'est pas encore prononcé, mais psychologiquement oui, au niveau du couple, la page a été tournée très vite, dès le jour où il a quitté la maison. Aujourd'hui la vie courante est joyeuse, malgré bien sûr quelques creux comme tout le monde. Ma force est d'être une personne résolument joyeuse et positive.
 

1. Le principal trait de mon caractère. Positive

2. La qualité que je préfère chez un homme. Fiable

3. La qualité que je préfère chez une femme. Généreuse

4. L'image que j'aimerai  refléter. Sereine

5. Votre mot préféré. Bienveillance
 
7. Votre passe-temps favori. Passer du temps avec des amis

8. Le métier que vous n'auriez pas aimé faire. Professeur

9. La plante, l'arbre ou l'animal dans lequel vous aimeriez être réincarné. Un chat

10. Mon rêve de bonheur. Une maison face  à l'océan, pour recevoir mes amis

11. Une personne qui m'a marquée. Une amie

12. Ce que qui vous révolte. L'injustice envers les plus faibles

13. Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence. Les fautes avouées

14. Ma devise. Faire confiance  à la vie
 

Voir plus d'articles
Instruction des jeunes filles et des femmes à travers le monde, où en sommes-nous ?
Publié le 15 septembre 2021

Instruction des jeunes filles et des femmes à travers le monde, où en sommes-nous ?

Le 15 septembre 2021 se tiendra la journée mondiale de l’instruction. L’occasion de faire le point sur l’accès à l’éducation des jeunes filles sur notre planète.

 

Béatrice :
Publié le 13 août 2021

Béatrice : "J'ai été très accompagnée dans ce cheminement"

Dans son atelier de tapissier, débordant de vieux meubles et de liasses de tissus d'ameublement, Béatrice, la cinquantaine épanouie, m'ouvre ses portes à Courbevoie.

Muriel :
Publié le 20 juillet 2021

Muriel : "J'ai apprivoisé ma solitude"

Muriel a 50 ans et travaille dans l’industrie pharmaceutique. Son mari l’a quittée, il y a 17 ans, un mois avant qu’elle ne donne naissance à leur troisième enfant. Malgré la violence de ce départ auquel elle ne s’attendait pas, elle a tracé sa route, la tête haute.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs