« Au delà des cultures et des situations, il existe une vraie solidarité entre les femmes.»

Simone Veil - Conférence du Caire 1994
Conseil général des Hauts-de-Seine

Formulaire de recherche

Témoignages

Témoignage de Muriel : J'ai apprivoisé ma solitude
Publié le 04 novembre 2019

Témoignage de Muriel : J'ai apprivoisé ma solitude"

Muriel a 50 ans et travaille dans l’industrie pharmaceutique. Son mari l’a quittée, il y a 17 ans, un mois avant qu’elle ne donne naissance à leur troisième enfant. Malgré la violence de ce départ auquel elle ne s’attendait pas, elle a tracé sa route, la tête haute.

 

Vous aviez 33 ans quand votre mari vous a annoncé qu’il vous quittait. Or, vous étiez enceinte de 8 mois à cette époque et vous aviez déjà deux enfants. Comment avez-vous vécu cette période ?

On venait d’aménager à Colombes, on avait deux enfants. Le second, opéré à la naissance d’une malformation cardiaque s’en était très bien sorti, tout allait bien. Ce troisième bébé arrivait comme un bonheur simple à gérer, et soudainement mon mari m’annonce qu’il me quitte. A ce moment-là, le ciel m’est tombé sur la tête. Et puis notre fils est né, j’ai géré les premières semaines et les nuits, toute seule. Il fallait aussi que je m’occupe de mes deux ainés qui avaient 3 et 5 ans.

Où êtes-vous allée chercher cette énergie pour tout gérer à ce moment-là ?

Je suis passée en mode robot, je n’avais pas le choix. Il fallait tenir pour les enfants. Ca a été extrêmement difficile même si mes parents n’étaient pas très loin et que j’avais des amis qui essayaient de me soutenir. Honnêtement, avec le recul, je me demande encore comment j’ai fait pour ne pas sombrer. Je ne prenais pas le temps de réfléchir à la situation.

Quelles solutions avez-vous mises en place ?

J’avais une vie professionnelle qui me permettait un peu d’échapper à ma solitude au quotidien. A cette époque, j’ai aussi été accompagnée par une psychologue, qui m’a beaucoup aidée. Ces rendez-vous étaient le seul moment où je m’autorisais à « craquer », à dire que je n’allais pas bien. C’était ma soupape.

Dans les années qui ont suivi, quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Le plus douloureux c’est la solitude. J’étais moins invitée, la plupart du temps je passais mes vacances seule avec mes enfants, et quand ils étaient chez leur père, j’étais complètement paumée. Je ne savais pas quoi faire de ce temps comme si mon univers tournait principalement autour de mes enfants et que j’avais perdu tout désir pour moi. Et puis j’étais à un âge où tous mes amis étaient en pleine construction de leur vie de famille. Peu sont divorcés à 33 ans avec trois enfants. J’étais en décalage par rapport à eux.

Comment vous êtes-vous reconnectée à vous-même ?

J’ai pris des cours de danse. Je me suis inscrite dans un club de ping-pong, j’ai fait de la randonnée… j’ai tenté pas mal de choses qui m’ont fait du bien et permis de rencontrer de nouvelles personnes. Les soirs d’hiver, j’ai beaucoup lu ou vu de vieux films. Et puis, j’ai pris l’habitude d’aller au théâtre, à un spectacle ou au cinéma toute seule.

Et l’amour dans tout ça ?

Ah, vaste question ! J’ai eu quelques aventures plus ou moins longues, mais aucune qui ne m’ait donné envie de reprendre une vie de couple. J’ai d’abord rencontré quelqu’un sur mon lieu de travail puis quand ça s’est terminé, j’ai résisté et finalement j’ai fait comme tout le monde, j’ai créé un profil sur un site de rencontres. Puis, j’ai eu de très longues traversées du désert. Pas facile de trouver, et de garder quelqu’un lorsqu’on élève trois jeunes enfants au quotidien, sans garde alternée. Plus tard, j’ai intégré une bande de quadras, tous divorcés, qui faisaient des fêtes mémorables et très alcoolisées mais j’ai fini par me lasser de cette ivresse superficielle. J’avais envie d’échanges plus matures, pas de régression au pays des ados. Je voulais surtout rencontrer quelqu’un avec qui partager ma vie.

Vous vivez seule aujourd’hui ?

Oui si on parle d’un amoureux mais, à la maison, j’ai toujours mes deux fils. L’un poursuit des études supérieures et le plus jeune est en première.  Quant à ma fille, elle est partie vivre à l’étranger il y a quatre ans.

Quand vous regardez dans le rétro, qu’est-ce qui vous impressionne le plus dans votre parcours ?

Pas grand-chose. J’ai fait ce que je devais faire dans un contexte où il fallait avancer pour que mes enfants aillent bien. Je suis heureuse de les voir épanouis aujourd’hui, même si je regretterai toujours qu’ils aient grandi dans un foyer monoparental, sans repère masculin au quotidien.

 

Si vous deviez réécrire ces 17 dernières années, que voudriez-vous modifier ?

Si c’était à refaire, je partirais de Paris, avec mes enfants, pour une vie moins stressante. Et puis, je m’accorderais plus de temps pour moi, pour faire des activités permettant de voir du monde, d’être moins seule. Avec le recul, ce qui a été le plus difficile, et qui l’est encore c’est la solitude (week-ends, vacances, Noël…) J’ai appris à l’apprivoiser mais si c’était à refaire, je m’arrangerais pour que ça n’arrive pas.

 

Voir plus d'articles
Le Cristal magique
Publié le 11 décembre 2019

Le Cristal magique

A L'AFFICHE DEPUIS LE 11 DECEMBRE 2019
 
1h 21min / Animation, Famille
 
Docteur ?
Publié le 11 décembre 2019

Docteur ?

A L'AFFICHE DEPUIS LE 11 DECEMBRE 2019
 
1h 28min / Comédie
 
Black Christmas
Publié le 11 décembre 2019

Black Christmas

A L'AFFICHE DEPUIS LE 11 DECEMBRE 2019
 
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs